The Creation of an International Criminal Tribunal for the Democratic Republic of the Congo

pc3a9tition

(La version en langue française de la présente note est ci-après)

(Note: the translated portions of the original French letter below are not an official translation)

The summer of 2013 witnessed the launch of a petition, initiated by “52 prominent women” including the Congolese lawyer Ms. Hamuly Rély, calling for the creation of an International Criminal Tribunal for the Democratic Republic of the Congo (DRC).  The petition, which is still open for signature, was addressed to the French President François Hollande, the American President Barack Obama, the Secretary General of the UN Ban Ki Moon, former UN High Commissioner for Human Rights Mary Robinson, Chaiperson of the African Union Commission Nkosazana Dlamini-Zuma, Secretary General of the Organisation for Francophonie Abdou Diouf, President of the European Union Herman Van Rompuy, and the Presidency of the UN Security Council.

Before giving some personal thoughts (III) and addressing the potential judicial consequences of the establishment of such a Tribunal (II), this note focus on the content of the petition (I).

I. The Content of the Petition

1. Regarding the arguments and motivations: 

The content of the call for signatures specifies that these 52 “prominent women”, the “godmothers” (marraines) of this appeal, cannot think of the trauma suffered by women in the eastern DRC without “having the heart pierced by the deepest grief, representing their fellow women, united by triple bond of humanity, rights and the francophonie […] “ Beyond the deeply humanistic character of this statement, the reference to the francophonie and its implied values is singular and as such, a rarity.  Having myself to promote the francophonie within international institutions in different past roles, I could perceive the difficulties related to the habitual scope of the francophonie’s message.

These same godmothers “are worried, with reason, that future generations, more enlightened and philosophical, will accuse the French, the Europeans and the Americans of this century of being complicit in barbaric acts”.  Here as well, beyond the pledge of confidence in future generations, this statement is reminiscent of the accusations that were leveled against the international community following the crimes of an extreme gravity that were committed in the Rwanda and ex-Yugoslavia.  This argument of the fear of inaction could also be observed in the current debate on the possible solutions to the situation in Syria.

2. Regarding the demands:

The petition calls for the establishment of an International Criminal Tribunal for the DRC by the Security Council to prosecute the crimes listed in the “mapping report” prepared under the auspices of the High Commissioner for Human Rights. Moreover, the petition states that “failure to do so would be a denial of international justice.” Several factors require further attention and commentary below:

II – The relationship between a possible International Criminal Tribunal for the Democratic Republic of Congo and other relevant jurisdictions.

1. Regarding the absence of any reference to the International Criminal Court :

At no time does the petition refer to, or even mention, the International Criminal Court (ICC). Yet it is precisely the situation in the DRC which gave rise to the ICC’s first ever investigation into alleged crimes committed since the 1 July 2002.  It is recalled that the DRC ratified the Rome Statute under Legislative Decree No. 013 of 30 March 2002. In addition, the ICC’s first verdict came from the DRC situation, declaring Thomas Lubanga Dyilo to be guilty of war crimes. Currently, the ICC must adjudicate upon the guilt of three other people, including one suspect currently on the run, who are suspected of committing crimes in the territory of the DRC under the jurisdiction of the ICC.

The petition calls for the creation of a Tribunal whose jurisdiction is limited to crimes listed in the “mapping report”. The 581-pages report addresses violations of human rights allegedly committed in the DRC between March 1993 and June 2003. It lists 617 violent incidents in the context of tens of thousands of people killed and many others raped and mutilated. As stated in the report itself, “the vast majority of possible crimes under international law listed in the first section of this report fall outside [the] jurisdiction [of the ICC]”. It should be noted that if the International Criminal Tribunal for the DRC were to be established, its jurisdiction would be concurrent with that of the ICC, which is itself complementary to the national jurisdiction of DRC courts and to the possible extraterritorial jurisdiction for foreign nationals. This period of concurrent jurisdiction with the ICC would cover 1 July 2002 to 30 June 2003. The above should be analyzed in light of the difficulties in precisely identifying the facts that engage criminal responsibility, often spread over long periods of time, particularly with regard to international crimes of this nature.

2. Regarding the lack of mention of the judicial system in the DRC:

  • i) At no time does the petition refer to, or even mention, the judicial system in the DRC. An analysis of the legal situation in the DRC would have allowed the 52 “prominent women” not to neglect several relevant factors, such as the Open Society Justice Initiative’s operation of mobile gender courts across the territory of the DRC. The 2013 annual report of the Open Society Justice Initiative shows that these mobile courts substantially complete the work of the International Criminal Court and has the advantage of justice being done on the local level.
  • ii) Another relevant factor that merits attention is the establishment of hybrid courts. Indeed, the authors of the petition have neglected the common position expressed by representatives of civil societies, Congolese and international, favoring the establishment of courts composed of Congolese and international experts. These hybrid courts, which have been accepted in principle by the Government of the DRC, would have the functions of rendering justice and strengthening the Congolese judicial capacity and infrastructures. It would therefore comprise a solution that is equally concerned with the short and long term.

III – Conclusion:

Naturally, there is no question about being satisfied by the current judicial response to the situation in the DRC.  However, the authors of the petition warrant criticism for neglecting to connect their demands with solutions which are already in place. Unfortunately, this conforms to the idea that there is a political/media-driven byproduct of international justice. Thus, an international actress makes us forget the procedural requirements relating to the rights of the defense, or a television series significantly distorts the actual functions of the Prosecutor of the ICC and misinforms its audience.

One could argue that such neglects cannot be done unwillingly. Others would answer that 21st century require very fast decision making processes, which sometimes entails lack of depth analysis.

It must be said, there is not much harm in certain “prominent figures” using their visibility to send a media-driven message to a list of selected decision makers. In fact, the profoundly humanist motivations behind this petition should be saluted. It is regrettable that this message does not offer integrated solutions, thus giving the negative impression of a lack of in-depth analysis of the situation. Blurring the interests at stake, which are unquestionably so important, the relevance of mentioning the “10 most influential black women in the world” on the Facebook group “For an International Criminal Tribunal for the DR Congo” (Pour un Tribunal Pénal International pour la R.D. CONGO) is also relative.

All in all, various positions can be argued on the question whether an International Criminal Tribunal for the DRC is needed. Each of us has a specific opinion about it. Mine is that there is a need for coordination and integration. The means that would be spent on the establishment of such an international tribunal could be spent, for the very same goals, in a smarter way. 

—–

Cet été 2013 a vu naître un appel à signature d’une pétition, initiée par « 52 personnalités féminines » ainsi que l’avocat congolais Me Hamuly Rély, en vue de réclamer la création d’un Tribunal pénal international pour la République démocratique du Congo. La pétition, encore ouverte à signature, serait adressée au Président de la République française François Hollande, au Président des États-Unis Barack Obama, au secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon, à l’envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs d’Afrique Mary Robinson, à la Présidente de la Commission de l’Union africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, au Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie Abdou Diouf, au Président de l’Union européenne Herman Van Rompuy, ainsi qu’à la Présidence en exercice du Conseil de sécurité des Nations Unies.

I – Du contenu de la pétition :

1. S’agissant des arguments et des motivations :

Le contenu de l’appel à signature précise que ces 52 « personnalités féminines », « marraines » de cet appel, ne peuvent penser aux maux que souffrent les femmes à l’est de la République démocratique du Congo sans « avoir le cœur pénétré par la plus vive douleur, en se représentant leur semblables, unies par le triple lien d’humanité, des droits et de la francophonie (…) ». Au-delà du message profondément humaniste de cette affirmation, la référence à la francophonie et aux valeurs qu’elle suggère est singulière, en ce qu’elle est rare. Ayant moi-même eu à promouvoir la francophonie, notamment au sein d’institutions internationales, dans de précédentes fonctions ; j’ai pu percevoir les difficultés relatives à la portée habituelle de la francophonie.

Ces mêmes marraines, « craignent avec raison que les générations futures, plus éclairées et plus philosophes, n’accusent les Français, les Européens et les Américains de ce siècle, d’avoir été complices de barbarie ». Ici également, au-delà d’un gage de confiance dans les futures générations, cette affirmation n’est pas sans rappeler les accusations qui ont été portées à l’encontre de la communauté internationale lorsque des crimes d’une extrême gravité étaient commis en ex-Yougoslavie. Cet argument de la crainte de l’inaction a pu également être observé à l’occasion du débat actuel portant sur les solutions éventuelles à la situation en Syrie.

2. S’agissant des demandes :

Cette pétition demande la mise en place d’un Tribunal pénal international pour la République démocratique du Congo, par le Conseil de sécurité, chargé de poursuivre les crimes répertoriés dans le « rapport mapping » établi sous les auspices du Haut commissariat aux droits de l’homme. Plus encore, la pétition affirme que « ne pas le faire serait un déni de justice internationale ». Plusieurs éléments requièrent attention et appellent les commentaires suivants :

II – De l’articulation entre un éventuel Tribunal pénal international pour la République démocratique du Congo et les autres juridictions compétentes.

1. S’agissant de l’absence de mention de la Cour pénale internationale :

A aucun moment la pétition ne se réfère ni même mentionne simplement la Cour pénale internationale (la Cour). Pourtant, c’est à propos de la situation en République démocratique du Congo (RDC) qu’elle a ouvert sa toute première enquête, portant sur des faits intervenus depuis le 1er juillet 2002. Pour mémoire, la RDC a ratifié le Statut de Rome aux termes du décret-loi n° 013 du 30 mars 2002. En outre, le tout premier verdict de la Cour, déclarant coupable de crimes de guerre Thomas Lubanga Dyilo, concerne également la RDC. Actuellement, la Cour doit juger 3 autres personnes, dont une actuellement en fuite, suspectées d’avoir commis des crimes sur le territoire de la RDC relevant de la compétence de la Cour.

Certes, la pétition demande la création d’un Tribunal dont la compétence serait limitée aux crimes répertoriés dans le « rapport mapping ». Ce rapport, de 581 pages, concerne les violations des droits de l’homme qui auraient été commises en RDC entre mars 1993 et juin 2003. Il répertorie 617 incidents violents dans le contexte de dizaines de milliers de personnes tuées et de nombreux autres violées et mutilées. Comme le précise le rapport lui-même, « la grande majorité des crimes internationaux allégués répertoriés dans la première section de ce rapport échappe à la juridiction de la Cour pénale internationale. »[1]. Il convient toutefois de souligner que, si le Tribunal pénal international pour la RDC était établi, sa juridiction serait concurrente de celle de la Cour pénale internationale, elle-même complémentaire des juridictions nationales congolaises et éventuellement étrangères sur la base d’une compétence extraterritoriale. Cette situation concernerait la période du 1er juillet 2002 au 30 juin 2003. Ce qui précède doit être analysé à la lumière des difficultés, faut-il les rappeler, relatives à l’identification précise des faits générateurs de responsabilité pénale, souvent étalés dans le temps, particulièrement s’agissant des crimes visés en l’espèce.

2. S’agissant de l’absence de mention du système juridictionnel en RDC :

  • i). A aucun moment la pétition ne se réfère ni même mentionne simplement le système juridictionnel en RDC. Une analyse de la situation juridictionnelle en RDC aurait permis aux 52 « personnalités féminines » de ne pas négliger plusieurs éléments pertinents, tel que l’initiative de Justice, dans le cadre des activités de l’ « Open Society Foundations», par laquelle de nombreux tribunaux mobiles parcourent le territoire de la RDC. Le rapport d’activité 2013[3] de cette justice itinérante démontre que cette initiative complète substantiellement l’action de la Cour pénale internationale et présente l’avantage d’une justice de proximité.
  • ii). Un autre élément pertinent mérite attention : l’établissement de tribunaux mixtes. En effet, les rédactrices de la pétition ont négligé la position commune[4] exprimée par des représentants de la société civile, congolaise et internationale, visant à l’établissement de tribunaux composés d’experts congolais et internationaux. Ces tribunaux mixtes, dont le principe a été accepté par le gouvernement de la RDC, auraient pour fonctions de rendre la justice ainsi que de renforcer les infrastructures juridictionnelles congolaises. Il s’agirait donc d’une solution qui se souci également du long terme.

III – Conclusion :

Naturellement, il n’est pas question ici d’être satisfait de la réponse juridictionnelle apportée à la situation en RDC. Mais il doit être reproché aux rédactrices de la pétition de ne pas avoir égard à l’approche intégrée que la société internationale a jusqu’alors adopté. Ces marraines ont négligé la question de l’articulation, en bonne intelligence, entre leurs demandes et les solutions déjà mises en place. Ceci conforte, malheureusement, l’idée selon laquelle il existe une dérive politico-médiatique de la justice internationale. Ainsi, une actrice de cinéma international fait oublier les requis procéduraux relatifs aux droits de la défense, ou encore une série télévisée déforme de manière substantielle les compétences du Procureur de la Cour, informant de manière erronée l’audience.

Faut-il le préciser, il n’y a pas grand préjudice à ce que des « personnalités » utilisent leur notoriété pour adresser un message médiatique à une liste de décideurs choisis. Il convient d’ailleurs de saluer les motivations de leur message, profondément humanistes. Il est toutefois regrettable que ce message ne propose pas de solutions intégrées, donnant ainsi la mauvaise impression d’un défaut d’analyse approfondie de la situation. Brouillant les intérêts en jeu, pourtant si importants, la pertinence de la mention des « 10 femmes noires les plus influentes du monde » sur la page Facebook du groupe « Pour un Tribunal Pénal International pour la R.D. CONGO » est également relative.

Au total, plusieurs opinions peuvent être exprimées sur la question de la nécessité de créer un tel tribunal. Chacun d’entre nous à un avis. Le mien est qu’une coordination et une intégration sont indispensables. Les moyens que seraient dépensés pour l’établissement d’un tel tribunal pourrait, pour poursuivre les mêmes objectifs, être dépensé plus intelligemment.


[1] Rapport du Projet Mapping concernant les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la République démocratique du Congo, §1020, Haut commissariat aux droits de l’homme, août 2010, <http://www.ohchr.org/Documents/Countries/ZR/DRC_MAPPING_REPORT_FINAL_FR.pdf&gt; dernière consultation le 20 septembre 2015, p. 481.

Advertisements

3 thoughts on “The Creation of an International Criminal Tribunal for the Democratic Republic of the Congo

  1. Mobile courts are a very interesting initiative (do you have some other reference to the topic?), thuogh it seems to bring us back to the middle ages in Europe (perhaps, the material conditions should suggest us so).

    Personally, I totally share the idea of an hybrid Court rather than a simple international one. The latter being to “detached” from the territory where the crimes were committed and were victims still reside.

    The only point I really share on this idea, is the need for a judicial-transitional instrument taking place in Congo. I am not sure wheter a Court is the best solution, but for sure an impartial analysis of the last 20 years in the region is highly needed.

  2. Pingback: Un Tribunale Internazionale per il Congo? | I discutibili

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s